Marché aux poissons de Tsukiji - 築地市場

Marché aux poissons de Tsukiji – 築地市場

C’est au début de la période EDO qu’est né ce marché aux poissons, vers le 16ème siècle. Il s’est depuis considérablement développé. C’est le Shogun Tokugawa Ieyasu, premier de la dynastie des Tokugawa, qui offre aux pêcheurs d’Osaka et des zones environnantes le privilège de livrer leurs meilleures prises au château d’EDO. Les restes sont ensuite vendu à une population qui ne cesse d’augmenter. Aujourd’hui, environ 3000 tonnes de poissons passent chaque jour des flots marins aux stocks des revendeurs.

 

 

 

 

 

Examinateur sanitaire – responsable de l’hygiène

 

 

 

 

 

 

 

Après l'horrible destruction d'Hiroshima, examens des taux de radioactivité des thons.

 

Tokyo après les attaques aériennes

 

 

 

 

 

On peut y rentrer dès 5h du matin pour y faire ses courses, prendre un café, déjeuner… C’est un petit monde bien particulier, le « code de la route » y est tout à fait différent de celui dont on apprécie la courtoisie et la douce fluidité à l’extérieur des barrières, ici, priorité aux transporteurs de caisses avec leurs fenwicks aussi bizarroïdement japonais que supers rapides, les sandales y sont interdites et je n’ai pas encore compris pourquoi les chaussures de sécurité n’y sont pas obligatoire… Le piéton doit se faire petit et raser les murs.

Pour les irascibles et déterminés fanatiques du Japon, il est possible d’assister à la criée du thon rouge. Je précise bien pour les plus courageux, car il faut régler son réveil sur une position inhabituelle : 2h ou 3h du matin, seulement deux groupes de 60 personnes auront ce privilège. Un dossard est remis à l’arrivé, c’est le sésame, il est vert pour ceux du premier groupe et bleu pour les retardataires du second groupe, j’ai constaté qu’il y avait peu de touristes japonais portant un dossard bleu ; on entendait plutôt du français, de l’italien, de l’anglais… Il faut donc se présenter devant cette petite porte vers 3h20 si l’on souhaite arriver au centre du petit monde qui génère et est à l’origine des meilleurs toro, otoro, maguro de l’univers intersidéral. C’est le plus important marché au poisson du monde.

C’est après deux longues heures d’attente, en tailleur autour de touristes japonais ronflottants, que l’on pénètre cette salle de criée, un agent de sécurité tout à fait adéquat et parfaitement intégré dans ce décors martial nous informe avec l’éloquence de la situation des quelques règles à respecter : « no flash, no talking, no hand in the air, don’t pass the border… »

Les 40/50 minutes d’estimation de la qualité des bêtes et de criée s’échappent, le froid des blocs de glace omniprésents se dérobe en un clin d’œil pour laisser place aux 32 degré à l’ombre du mois d’août nippon, on subit la pressurisation, un taux d’humidité inacceptable et la porte se referme derrière les derniers touristes, il est 6h, on est en plein centre du marché de Tsukiji, fourmilière qui apparait aussi bordélique qu’organisée, on ne saisit pas immédiatement la subtilité du lieu, on avance un peu comme des zombies en suivant automatiquement le flux de cette masse humaine qui va se répartir entre les petites allées de restaurants, de vendeurs de bonite et de wasabi frais, de vêtements, des boutiques de tamago (sorte d’omelette sucrée salée au daishi) cuisiné et préparé à toutes les sauces, boutiques de souvenirs, cafés, légumes frais ou en saumure, on y trouvera de tout, comme pratiquement dans chaque carrefour dans ce pays entre autre, de commerçants nés…

 

Il est 3h15 on approche du marché dans les rues déjà animée de Tokyo

 

Les plus téméraires sont vetus du dossard vert, c'est le premier groupe.

 

Les deux groupes de 60 personnes qui vont assiter à la criée au thon rouge

 

On approche du hangard pour la criée

 

Les allées du marché de Tsukiji

 

Les bolides japonais

 

Tokyo, 5 heures du matin

 

Salle de la criée

 

Salle de la criée

 

évaluation de la qualité des poissons

 

Mise en garde des règles à respecter

 

La criée commence

 

Les thons rouges de Tsukiji

 

Les thons rouges

 

Les thons rouges du Tsukiji

 

Une véritable fourmilière

 

Une boutique de balances

 

Restaurant à Tsukiji

 

Boutique de tamago

 

Marché de Tsukiji

 

Sushi bar et affluence pour le petit déjeuner, il est 6h20

 

Le petit déjeuner de ces deux japonaises, sashimi, miso soupe et bières.

 

Les légumes magnifiques, ici, un melon pour une vingtaine d'euros.

 

Boutique de bonite

 

Le café extraordinaire de Tsunakane. ありがと むらたさん 

 

Le café extraordinaire de Tsunakane. ありがと むらたさん 

 

Le café extraordinaire de Tsunakane. ありがと むらたさん 

 

Ce café est ouvert les mardis, vendredis et samedis de 7h à 10h, Il est tenu par Murata San et se compose de 6 petites chaises devant un bar de merisier bientôt centenaire, c’est situé ici : Tokyo to / chuuo ku / Tsukiji / 6-27-3
Plus simplement : 東京都中央区築地 6-27-3

Vous êtes obligé d’y aller si vous passez par Tokyo. Vous n’avez pas d’excuse : voici la carte des lieux.

 

 

 

EXIF information
exposure aperture priority (semi-auto)
isoEquiv 1600
aperture 2.8
focalLength 35
exposureMode Auto Exposure
12. août 2013, 22:49 Vu dans :日本 The permalink address (URI) of this photo is: http://www.stephanebdc.com/marche-aux-poissons-de-tsukiji-%e7%af%89%e5%9c%b0%e5%b8%82%e5%a0%b4/